Lundi de Phantom n°36

Projection

Deux artistes mettent en dialogue leurs pratiques autour d’un objet commun, lieu complexe et opaque, outil politique du secret : le bois de Vincennes. En images, textes et sons, Estefanía Peñafiel Loaiza et Beth Weinstein explorent les non-dits et les invisibles.

Lundi 27 mai 2019

Entrée libre sous condition d'adhésion à « Un Lieu pour respirer » (adhésion prix libre, soutien suggéré 5€)

Evènement facebook

Dès 17H

Beth Weinstein accueillera le public dans son installation immersive Palimpseste.


Le bois de Vincennes est un palimpseste de formes d'invisibilité: camps et campus effacés, espaces utilisés pour afficher et faire disparaître des populations particulières. Dans Palimpseste (CIV), Beth Weinstein, architecte-artiste, explore les espaces invisibles, obscurcis et effacés de la forêt, créés dans le cadre d'un mandat gouvernemental, comme la loi de l'état d'urgence. Son installation de «notes blanches», tel que l’on appelle les lettres d'accusation anonymes, ainsi que des images et des sons tirés de et construits à partir d’un matériau d’archives, invitent à une rencontre multi-sensorielle avec la difficulté de repérer un lieu alternativement appelé « centre de triage Nord-Africain », « centre d'identification » ou même « camp de Vincennes ». Le CIV était un lieu de détention notoire utilisé par les forces de police de Maurice Papon pendant la guerre d'Algérie, dont il n'existe aucune trace aujourd'hui. Palimpseste cherche à le rendre sensible.

A partir de 19H30

Une rencontre débutera avec les artistes au cours de laquelle Estefanía Peñafiel Loaiza traversera une série d’œuvres visuelles et performatives récentes qui prennent le Bois de Vincennes comme sujet et terrain d’exploration du conflit des mémoires françaises, comme un lieu qui résiste à sa mise en récit.


En replongeant dans les échos de l’exposition coloniale de 1931 dont les pavillons ont aujourd’hui disparu, elle cherche à faire émerger les traces de ce passé problématique et de la hiérarchie entre les Occidentaux et le reste du vivant dont cette exposition témoigne. Ailleurs, c’est l’impossibilité de former une image du Centre de rétention administrative Paris 1 (CRA) auquel elle se confronte alors que résonne encore la révolte du 21 juin 2008, déclenchée dans ce centre après le décès, dans sa cellule, de Salem Essouli, un migrant sans papiers maintenu en rétention malgré sa grave maladie.