menu

Pierre, un journal d'hiver

Un film d'Estelle Fredet

A partir de 19h30

Accès libre sous réserve d'adhésion à Un Lieu Pour Respirer (à partir de 1 euro).

Réservation conseillée

Pierre, un journal d'hiver, 59', 2020 

de Estelle Fredet

En présence de la réalisatrice et de l'équipe du film


Synopsis 

Pierre était peintre. J’ai filmé sa joie de peindre, ses performances. Nous nous sommes aimés. Il est mort. J’ai repris ces plans tournés ensemble, dans l’urgence de finir ce film au présent. Prolonger son geste, en m’adressant à lui. Il m'a fallu trois ans. 

Estelle Fredet


Au départ, photographies, écriture, édition (revue L’Inventaire, Histoire de bouts de, voyage à la frontière du Texas et du Mexique). Puis des films documentaires (hormis Bascule, fiction en Super 8). Le portrait, au cœur d’une pratique où l’expérience de la rencontre est primordiale. Filmer l’autre au travail, sa parole. Portraits de cinéastes dans la série « Cinéma, de notre temps » (André S. Labarthe, Diourka Medveczski, Jacques Nolot), et tout récemment, Mariana Otero. Des kiosquiers à la Chapelle (Square Métropole). La vie au travail. Des formes brèves au geste spontané (Quand rien n’est prévu, Danser avec Huntington). 

{"item_0":{"type":"text","value":"\u003Ch5\u003E\u003Cspan style=\u0022color: rgb(0, 0, 0);\u0022\u003EPierre, un journal d'hiver, 59', 2020 \u003C\/span\u003E\u003C\/h5\u003E\u003Cp\u003E\u003Cspan style=\u0022color: rgb(0, 0, 0);\u0022\u003Ede Estelle Fredet\u003C\/span\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cem style=\u0022color: rgb(0, 0, 0);\u0022\u003EEn pr\u00e9sence de la r\u00e9alisatrice et de l'\u00e9quipe du film\u003C\/em\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbr\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cstrong style=\u0022color: rgb(0, 0, 0);\u0022\u003ESynopsis \u003C\/strong\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cspan style=\u0022color: rgb(0, 0, 0);\u0022\u003EPierre \u00e9tait peintre. J\u2019ai film\u00e9 sa joie de peindre, ses performances. Nous nous sommes aim\u00e9s. Il est mort. J\u2019ai repris ces plans tourn\u00e9s ensemble, dans l\u2019urgence de finir ce film au pr\u00e9sent. Prolonger son geste, en m\u2019adressant \u00e0 lui. Il m'a fallu trois ans. \u003C\/span\u003E\u003C\/p\u003E","backgroundColor":"transparent","online":1,"paddingTop":"20","paddingBottom":"20","paddingLeft":"20","paddingRight":"20","sectionColor":"transparent","section-id":""},"item_1":{"type":"separator","online":1,"paddingTop":"20","paddingBottom":"20","paddingLeft":"20","paddingRight":"20","backgroundColor":"#cccccc","sectionColor":"transparent","height":"","fullwidth":"0"},"item_2":{"type":"text","value":"\u003Cp\u003E\u003Cstrong\u003EEstelle Fredet\u003C\/strong\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbr\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cspan style=\u0022color: rgb(0, 0, 0);\u0022\u003E\ufeffAu d\u00e9part, photographies, \u00e9criture, \u00e9dition (revue L\u2019Inventaire, Histoire de bouts de, voyage \u00e0 la fronti\u00e8re du Texas et du Mexique). Puis des films documentaires (hormis Bascule, fiction en Super 8). Le portrait, au c\u0153ur d\u2019une pratique o\u00f9 l\u2019exp\u00e9rience de la rencontre est primordiale. Filmer l\u2019autre au travail, sa parole. Portraits de cin\u00e9astes dans la s\u00e9rie \u00ab Cin\u00e9ma, de notre temps \u00bb (Andr\u00e9 S. Labarthe, Diourka Medveczski, Jacques Nolot), et tout r\u00e9cemment, Mariana Otero. Des kiosquiers \u00e0 la Chapelle (Square M\u00e9tropole). La vie au travail. Des formes br\u00e8ves au geste spontan\u00e9 (Quand rien n\u2019est pr\u00e9vu, Danser avec Huntington). \u003C\/span\u003E\u003C\/p\u003E","backgroundColor":"transparent","online":1,"paddingTop":"20","paddingBottom":"20","paddingLeft":"20","paddingRight":"20","sectionColor":"transparent","section-id":""}}