menu

Atelier d'écriture du 24 Février 2021

1


LA SÉRENDIPITÉ


Définition du mot : 

Capacité, aptitude à faire par hasard une découverte inattendue et à en saisir l'utilité (scientifique, pratique). 



« Depuis une dizaine d’années, le nom sérendipité est entré dans l’usage en français. Il s’agit d’un emprunt de l’anglais serendipity, « don de faire par hasard des découvertes fructueuses », un mot créé par Horace Walpole et qu’il avait tiré d’un conte oriental, Les Trois Princes de Serendip (1754). »

Source : Académie Française 



Consigne :

Imaginez un exemple de sérendipité. Développez-le, expliquez-le.

Joël B.


L'animateur venait tout juste de nous donner la consigne : faire une découverte par hasard alors que l'on cherchait tout autre chose... Les minutes passaient, je ne trouvais rien à dire. J'avais la tête vide. Comment aurais-je pu faire une quelconque découverte en ayant la tête vide ? Une découverte utile, fructueuse par surcroît. Telle aurait pu être la question, alors que je cherchais désespérément quelque chose d'inattendu, d'un peu subtil, d'un tant soit peu intelligent, qui aurait pu constituer, à condition de pouvoir l'expliquer avec force détails, une découverte. Hélas, je ne découvrais rien... L'angoisse montait, j'allais être ridicule, insuffisant, un demeuré, ou presque, car l'animateur, – c'était moi !

C'est alors que j'ai compris. Elle était là, sous mes yeux, la découverte. Et elle n'avait rien d'inattendu ni de subtil. Mais c'était une grande découverte, indubitablement. Elle me touchait au plus profond de mon être. Je fus ému ; des larmes de gratitude et de joie mêlées coulèrent sur mes joues. Et elle était si intime et si improbable, cette découverte, que je décidai aussitôt de n'en rien révéler à personne.

Catherine R.



Il y a un type qui m'arrête dans la rue et me donne à lire un papier sur lequel, il y a marqué "séré-dent débité". Je reste pantoise devant ces mots, le type me demande de lui expliquer, moi qui vit en France, m'enorgueillis de lectures à la pointe... Lui, perdu dans cette ville qu'il ne connaît pas, sac à dos gonflé par un duvet, attend une réponse.

Je répète bêtement ce que je lis "séré dent débité" qu'est-ce que ça peut bien vouloir dire ? Il me regarde et me demande : tu sais ?

Alors je découvre mon inaptitude pratique et scientifique à comprendre ces mots et j'épelle les lettres une à une pour y voir plus clair, faire celle qui sait...

Lui a compris que je n'ai rien compris et avec un sourire il me dit : bon jour !

et le hasard de cette rencontre autour d'un mot incompréhensible aura permis un échange, un temps d'attention, une forme de sérendipité.

Michelle V.


Serendipity


Je participe à un atelier de dessin en ligne,du modèle vivant à la manière d’Andy Warhol,dessiner des portraits en série..

Je gribouille péniblement trois ou quatre visages,les mannequins prennent des poses,avec des accessoires comme lunettes,foulards,ou bananes

C’est très difficile pour moi, je vais dans tous les sens..

Un coup,je dessine le foulard,après les rayures,les yeux du mannequin,tout est approximatif..

Et puis,un détail retient mon attention

Le nez du mannequin est spécial..vraiment busqué

Alors je fonce pour m’emparer de ce nez Et.. chance le visage du mannequin Prend du relief ,devient plus expressif..

En dessinant ce nez,j’ai découvert.. La perspective...

Irina S.


Pourtant, elle avait bien rentré la bonne adresse, elle en était sûre. Et même qu’elle était déjà référencée, entre le Mc Donald de la Porte des Lilas et la boulangerie « Momo ». Dix minutes à pied, cinq en voiture, quatre à vélo. La voix, oui, vous savez, cette voix si rassurante qui vous prenait par la main et semblait vous dire « avec moi, jamais tu ne te perdras, j’irai où tu iras », la voix, donc, lui avait confirmé qu’elle était sur le droit chemin. Mais alors pourquoi diable se trouvait-elle à présent place Gambetta sous une pluie naissante ? La voix lui avait d’abord dit « regarde le ciel ». Alors elle avait pensé, tiens, une nouvelle fonctionnalité météorologique. Puis, pour une raison inexplicable, la voix lui avait fait traverser deux fois, aller et retour, le passage piéton de la rue St Fargeau. Tiens, avait-elle pensé, sécurité routière oblige, peut-être. Puis la voix s’était mise à chuchoter « cours, cours », mais sans indiquer aucune direction. Alors elle avait pris à gauche, puis à droite, sans trop savoir où ça la mènerait, appelant au fond d’elle-même la voix « eh, oh ». Un regard anxieux vers son téléphone portable. Ecran noir. Voix éteinte. Livrée à elle-même, au plus grand des hasards. Paris, 18 heures, tout devenait possible. Il fallait vraiment qu’elle se rachète un nouveau téléphone portable. 


2

L'ORTHOGRAPHE INCLUSIVE, point d'interrogation ?

LÂCHEZ-VOUS, point d'exclamation !

Catherine R.



Je m'inclue, tu t'inclues

Il ou elle s'inclue

Nous nous inclusons / inclusons ?

Vous vous inclusez

Ils ou elles s'incluent

Déjà faudrait savoir accorder avec l'objet placé devant ou derrière

Trouver sur le clavier le tiret qui sépare le é du e

Faire sonner le féminin, si souvent relégué, insister sur le genre !

Inclue-moi à toi, zizi, frou frou - vazi l'incluzive

exclue-moi et je te dirai qui tu es zig-zag

Pince mi pince moi dans la barque

repêché le E du féminin !

Michelle V.


Charline Baudelaire

Femme libre, toujours tu chériras ta mère Ta mère est ta miroire,

Tu contemples ta lame dans

La déroule infinie de Sâ’am,

Et ta n’esprite n’en est que plus amère..


Victorine Hugo

Demaine, dès l’aube

A l’heure où franchîte la montagne

Elle partira

Oui

Elle sait qu’elle l’attend et qu’elle ne peut demeurer loin d’elle plus longtemps...


Madame Arthur

On n’est pas sérieuse quand on a dix sept Annes Et que la porte de la chambre verte d’hôtesse Est réservée aux garçonnes ..

Quelle raciste cette Madame Arthur

Dire qu’elle va nous faire le coup de Sa descente des fleuves impassibles Avec Madame Paule...........alors Qu’elle en est à sa dixième descente Des absinthes impossibles ..

Jérôme S.


Tous·tes cells·eux qui crânent, tous·tes ces auteur·rice·s

Ça dt quoi, ça parle quoi 

Les profiteur·ice·s à la mode

Ça dt quoi de plus de mieux 

J’en sais rien

Faut prendre le pas faut suivre

Faut dire comme faut faire comme

C’est comme ça faut suivre

Faut prendre le pas comme tous le monde

Parce que sinon

3

« En avoir ras la casquette, en avoir ras le bonbon » :

paroxysme de l'exaspération, synonyme de « ras-le-bol ».


Imaginez une situation qui vous pousse au paroxysme de l'exaspération. Décrivez-la.

Michelle V


La tête sur les épaules


Comme chaque nuit ,je me réveille avec une attention vertueuse ,faire pipi et me recoucher aussi sec.

Comme chaque nuit ,je vais regarder ce que font mes dessins .

Je monte les marches de l’escalier qui mène à mon lieu de travail quand une douleur à l’épaule vient faire sursauter ma main.

Je me dis ce n’est rien, c’est la nuit des douleurs à l’épaule, mais une deuxième douleur ,encore plus précise que la première, me paralyse, mon dessin tombe et renverse le pot d’encre de chine noire sur ma chemise de nuit blanche.. herine R.

Bon ,il me reste mes pieds..

Pas de chance, ils glissent sur une surface mouillée et lisse ,un miroir qui était sur le sol..

Le miroir éclate partout..

Et ...je me retrouve,4h du matin pieds nus sur un miroir brisé..

Je descends dans le salon et j’ouvre l’ordinateur

Je recherche : « douleur à l’épaule »

Et je tombe sur le site d’une kiné : « douleur à l’épaule @et si c’était psychologique ?.com

J’apprends que les épaules sont le siège de la décision

C’est pour cela que l’on dit : « Avoir la tête sur les épaules »

J’ai toujours

Je me nettoie, je vais me coucher, je n’ai plus mal... 

Jérôme S


Ça suffit

C’en est trop

Ça suffit mais VRAIMENT

C’est pas possible trop C’EST trop 

Ce ne peut pas  continuer comme ça

Trop c’est vraiment trop 

C’est pas possible de continuer 

Il faut que ça s’arrête

Sinon je vais 

Ça va être terrible ça va devenir pas possible

Tellement j’en ai 

Ça déborde ça va déborder

J’en peux plus

Il faut que ça s’arrête 

Mais ça s’arrête JAMAIS

Ça reste coincé dans la 

Il faut que 

J’en peux plus d’attendre que ça finisse

Je vais

Il faut que ça explose que ça sorte 

C’est plus possible tellement ça suffit

Quand c’est trop c’est trop 

Mais ça sort pas ça coince

Ça coince tellement

C’est lourd ça pèse tellement c’est lourd

Ça suffit



Publié le Jeudi 04 mars 2021
Modifié le Jeudi 04 mars 2021

play_circle_filled 00:00

Mon son

Mon auteur