Estefanía Peñafiel Loaiza

Artiste

Estefanía Peñafiel Loaiza est née en 1978 à Quito, Équateur et vit à Paris depuis 2002. Diplômée à l’École National de Beaux Arts de Paris en 2007, elle a participé à des programmes de post-diplôme aux ENSBA de Lyon et de Paris. Elle a également été sélectionnée pour plusieurs résidences artistiques : 3bisf (à l’hôpital psychiatrique Montperrin), Résidence Saint-Ange, Centre photographique d’Île-de-France, La Galerie de Noisy-le-Sec, The Hangar à Beyrouth, entre autres.

Estefanía Peñafiel Loaiza est née en 1978 à Quito, Équateur et vit à Paris depuis 2002. Diplômée à l’École National de Beaux Arts de Paris en 2007, elle a participé à des programmes de post-diplôme aux ENSBA de Lyon et de Paris. Elle a également été sélectionnée pour plusieurs résidences artistiques : 3bisf (à l’hôpital psychiatrique Montperrin), Résidence Saint-Ange, Centre photographique d’Île-de-France, La Galerie de Noisy-le-Sec, The Hangar à Beyrouth, entre autres.


Outre sa participation régulière dans des expositions collectives en France et à l’étranger, son travail a été présenté dans plusieurs expositions personnelles : détours (la loterie à Babylone) (3bisf, Aix en Provence), de l’incertitude qui vient des rêves (Galerie Alain Gutharc, Paris), errements (Centre d’art image/imatge, Orthez), à rebours (FRAC Franche-Comté, Besançon), casa tomada (Maison Salvan, Labège), fragments liminaires (CPIF, Pontault-Combault), l’espace épisodique (CREDAC, Ivry-sur-Seine), la dix-huitième place (Villa du Parc, Anemasse), en valija (Sala Proceso, Cuenca), la visibilité est un piège (Nuit Blanche, Al-Ma’mal, Jérusalem Est), no vacancy (The Hangar, Beyrouth, 2011), à perte de vue (Centre d’art Bastille, Grenoble). Elle a par ailleurs réalisé plusieurs performances, notamment au Magasin (Grenoble), au BAL (Paris), au Wiels (Bruxelles) et à la Fondation d’entreprise Ricard (Paris).


Elle a également réalisé deux projets répondant à des commandes publiques : récoltes, réalisé au collège « Barbara » à Stains dans le cadre d’un 1% artistique, et œuvreuses, réalisé dans la commune de Chazeleuze avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication.